۱۴ اسفند ۱۴۰۲ |۲۳ شعبان ۱۴۴۵ | Mar 4, 2024
Guide suprême

Hawzah/Extrait du discours de l'Ayatollah Khamenei, Guide suprême de la Révolution islamique, sur les dimensions de la pensée de l'Imam Khomeiny (ra), à l'occasion du 22ème anniversaire de sa disparition, le 4 Juin 2011

En ce qui concerne la pensée de l'Imam, l'honorable nation iranienne est pleinement consciente que le respect et l'amour du peuple iranien pour l'imam Khomeiny ne sont pas des émotions ordinaires bien que les cœurs débordent d'amour pour l'imam, et que la question ne se limite pas à ce niveau. Le respect de notre peuple pour l'imam signifie qu'il a accepté ses idées qu'il considère comme le chemin lumineux et la ligne de conduite dans le mouvement national de la nation iranienne. La pensée de l'Imam est une ligne de conduite théorique et pratique, qui aidera notre pays dans son parcours vers la dignité, le progrès et la justice. […]  Nous avons fait de grands bénéfices chaque fois que nous avons suivi les recommandations de l'imam et la voie qu'il nous a indiquée. Voilà comment les gens considèrent la voie de l'imam et son héritage idéologique.

[…] Notre nation a réussi à déjouer les complots les plus complexes. La nation iranienne a été confrontée à des conspirations militaires, sécuritaires, médiatiques, politiques et économiques. Sur le front économique, la nation iranienne a été confrontée à différentes sanctions […], à une campagne de propagande où les médias et l'empire médiatique ont travaillé avec acharnement, et à des complots politique pour diviser la nation. Grâce à la pensée de l'Imam et en suivant la voie qu'il avait déterminée, la nation iranienne a réussi à neutraliser tous ces complots.

La dimension spirituelle et rationnelle et la recherche de la justice, trois principales dimensions de la pensée de l'Imam Khomeiny

La pensée de l'Imam est un ensemble aux multiples dimensions. Il est nécessaire de tenir compte de toutes ces dimensions. Deux des principales dimensions de la pensée de l'Imam sont la dimension spirituelle et la dimension rationnelle. En ce qui concerne les dimensions spirituelles, nous voyons que notre magnanime Imam ne s'est pas limité aux facteurs matériels dans son combat mais accordait une grande attention à la relation avec Dieu, à l'initiation spirituelle et à la méditation, croyait en l'aide divine et avait une confiance absolue dans Son secours. En ce qui concerne la dimension rationnelle et le recours à la sagesse, à la réflexion et aux calculs rationnels, nous constatons qu'elle était un pilier important de la pensée de l'Imam. Je reviendrai sur ces deux dimensions pour examiner brièvement chacune d'entre elles.

Il y a aussi une troisième dimension qui est la recherche de la justice et qui est le résultat de l'Islam, comme les deux autres. La sagesse de l'imam s'inspirait de l'Islam et sa spiritualité était une spiritualité islamique et coranique de même que la troisième dimension s'inspirait aussi de l'Islam et du Coran. Il est nécessaire de considérer ces dimensions les unes à côté des autres. Insister sur l'une de ces dimensions au détriment des autres, ferait dérailler et dévier notre société. Cet ensemble parfait constitue l'héritage intellectuel et spirituel de l'Imam. Dans son comportement, l'imam Khomeiny prêtait attention aux dimensions rationnelles et spirituelles, et accordait une attention particulière à la justice.

Les exemples de la sagesse dans la pensée de l'Imam Khomeiny

1. Le choix de la démocratie

Je citerai quelques exemples de la sagesse de l'Imam. Le premier exemple est le système démocratique qu'il a instauré. Il a choisi de s'appuyer sur le vote du peuple. Le choix de la démocratie a été l'une des manifestations évidentes de la sagesse de la pensée salvatrice et revitalisante de l'Imam Khomeiny. Des gouvernements dictatoriaux avaient régné sur notre pays pendant de nombreuses années. Même à l'époque de la Révolution constitutionnelle qui avait voulu institutionnaliser la loi dans le pays, la dictature des Pahlavis était plus sévère, plus oppressante et plus pénible que celle des régimes précédents.

Dans un tel contexte historique, l'Imam a institutionnalisé le vote et la participation populaire. Notre peuple n'avait jamais eu l'occasion de participer à des élections libres sauf pendant les quelques premières années du mouvement constitutionnel. Dans un tel pays et une telle atmosphère, notre magnanime imam a tout de suite, institutionnalisé les élections dans le pays. […] Ceci est la preuve la plus évidente de la sagesse de l'Imam.

2. La fermeté face aux agressions de l'ennemi

La fermeté de l'Imam face aux agressions de l'ennemi était une autre manifestation de sa sagesse et de sa confiance dans le recours à la raison. L'Imam ne faisait pas confiance à l'ennemi. Après avoir bien distingué les ennemis de la nation iranienne et de la Révolution, il s'est soulevé contre eux comme une montagne. Il a agi contrairement à ceux qui pensaient et pensent encore que la sagesse exige parfois des compromis. La sagesse de cet homme divin l'a aidé à comprendre que le moindre compromis et la moindre concession feraient progresser l'ennemi. Sur le champ de bataille, l'ennemi ne fera jamais grâce à celui qui recule. La moindre retraite est un pas en avant de l'ennemi vers la victoire. Voilà une autre manifestation de la sagesse de l'Imam Khomeiny.

3. Souligner la confiance en soi et l'indépendance du peuple

Une autre manifestation de sa sagesse a été l'importance qu'il accordait à la confiance en soi et à l'indépendance de la nation iranienne. Depuis le début de la domination occidentale sur notre pays, c'est-à-dire au début du XIXème siècle, quand les Occidentaux sont venus en Iran, la nation iranienne a été constamment humiliée par leurs agents. Ils faisaient croire à la nation iranienne qu'elle était incapable de travailler et de progresser dans les domaines scientifiques, et que le peuple iranien était incapable de se débrouiller seul. Les acolytes du régime Pahlavi et des régimes qui l'ont précédé, humiliaient constamment la nation iranienne et prétendaient que seuls les occidentaux avaient la possibilité de faire progresser le pays et devaient prendre en mains les grands travaux. Ils prétendaient que la nation iranienne était incapable de faire de telles choses. Notre magnanime Imam a ressuscité la confiance en soi dans la nation et cela a été un tournant dans l'Histoire de la nation iranienne. Nos progrès dans les domaines scientifiques, industriels et d'autres domaines sociaux, viennent de la confiance que nous avons aujourd'hui, dans nos possibilités. Aujourd'hui, nos jeunes, nos industriels, nos scientifiques, nos politiciens et nos religieux sont sûrs de leurs capacités. Le slogan «Nous pouvons» est devenu une certitude que notre magnanime Imam a inspirée au cœur de la nation. Voilà une autre manifestation importante de la sagesse de l'Imam.

4. L'élaboration de la Constitution

Une autre manifestation de la sagesse de l'Imam a été son insistance pour l'élaboration rapide de la Constitution. L'Imam a ordonné aux experts iraniens d'élaborer la Constitution. Ceux qui en ont été chargés avaient été élus par le peuple. L'imam n'a pas choisi un groupe pour élaborer la Constitution. C'est le peuple iranien lui-même, qui les a choisis. Les gens ont élu les experts de leur choix qui ont ensuite élaboré la Constitution. Plus tard, l'Imam a décidé de faire voter la Constitution. Un référendum a été organisé pour que les gens puissent se prononcer "pour ou contre" la Constitution. C'était encore une manifestation de sa sagesse. Voyez comment l'imam a renforcé les fondements du régime islamique en termes juridiques, politiques, sociaux et scientifiques, pour en faire un système solide capable de constituer les bases d'une grande civilisation islamique.

5. Montrer à la population que le pays avait un propriétaire qui n'était autre que le peuple

Un autre aspect de la sagesse de l'imam a été son souci de montrer au peuple que le pays lui appartenait. Il a convaincu les gens que le pays avait un propriétaire autre que celui présenté sous les dictatures où le propriétaire était le dictateur au pouvoir. L'imam Khomeiny a montré à la population que le pays avait un propriétaire qui n'était autre que le peuple lui-même.

La plus importante manifestation de la spiritualité de l'Imam était sa dévotion religieuse. L'Imam faisait tout pour l'amour de Dieu. Dès le début, il avait pris l'habitude de faire ce qu'il pensait être une responsabilité divine. Il n'a reculé devant aucun sacrifice sur ce chemin, dès le début de ses activités révolutionnaires en 1341 (1962). Son seul but était de s'acquitter de ses obligations religieuses. À maintes reprises, il a dit au peuple et aux représentants du gouvernement que le plus important était le respect des devoirs. "Remplissons nos obligations, Dieu déterminera le résultat de nos efforts", disait-il.

Le signe de la spiritualité de l'Imam Khomeiny

La sincérité de l'imam dans son comportement était le signe de sa dévotion et de sa spiritualité. Il n'a jamais dit ou fait quelque chose pour être loué ou admiré. Allah le Tout-Puissant, a béni ses efforts et son action s'est éternisée. C'est une caractéristique de la sincérité religieuse. L'Imam recommandait toujours cela dans ses rencontres avec les représentants du pays et les responsables du gouvernement. Il nous conseillait de compter sur Dieu, de Lui faire confiance et de travailler pour Sa satisfaction. Lui-même, il comptait sur Dieu, le suppliait et L'adorait avec ferveur. Il demandait à Dieu de l'aider. Nous pouvions clairement ressentir la spiritualité de l'imam après le mois de Ramadan. Il tirait profit de toutes les occasions pour se rapprocher d'Allah le Glorifié, et pour purifier son cœur et son âme. Il conseillait aux autres de faire la même chose et disait, "Nous sommes constamment en présence de Dieu." Le monde est surveillé par Allah le Tout-Puissant, et rempli de manifestations divines.

L'Imam conseillait à tous de garder ce point à l'esprit. Il observait les principes moraux et conseillait aux autres de faire de même. Une partie importante de la spiritualité dans l'islam est le respect de la morale, le rejet des péchés, de la calomnie, de la suspicion, de la médisance et du découragement, et consiste à ne pas éloigner les cœurs les uns des autres. Notre Imam observait toutes ces choses et avait l'habitude de conseiller aux gens et aux représentants du gouvernement de le faire aussi. L'Imam nous avertissait sans cesse des dangers de l'orgueil. Il nous déconseillait de nous considérer supérieur à la population, impeccable et au-dessus de toute critique. Tous les hauts fonctionnaires du pays ont entendu l'Imam leur conseiller d'accueillir favorablement les critiques et d'éviter de se considérer sans faille et au-dessus de toute critique. L'Imam lui-même, avait l'habitude de se comporter de cette manière. Dans ses écrits et ses déclarations, surtout à la fin de sa vie, Son Eminence a déclaré à plusieurs reprises, qu'il avait fait des erreurs et qu'il avait eu tort dans certains cas. Cela nécessite une grande force de caractère. Il faut une grande âme pour être capable de dire de telles choses et admettre qu'on a fait des erreurs. Cela était le signe de la grande spiritualité de l'Imam et de sa grande morale. C'est une dimension importante des enseignements de l'imam Khomeiny.

La recherche de la justice dans la pensée de l'Imam Khomeiny

La recherche de la justice est également très importante dans la pensée de l'Imam. Bien que la justice soit un signe de sagesse et de spiritualité, l'importance de la justice pour l'imam était particulièrement remarquable. Après la victoire de la Révolution islamique, l'imam dans ses déclarations, a mis l'accent sur les besoins des classes sociales défavorisées et a insisté pour que les représentants du gouvernement répondent à leurs besoins. Il a attiré l'attention des représentants du gouvernement sur la nécessité d'éviter le luxe. C'était une des recommandations les plus importantes de notre Imam. Nous ne devons pas oublier ces choses. Dans un gouvernement qui repose sur les voix et la foi religieuse du peuple, ce serait un grave problème si les responsables se mettaient à s'occuper de leur bien-être, à accumuler des richesses pour eux-mêmes et à satisfaire leur goût du luxe. C'est un problème très grave pour un tel gouvernement. L'Imam a évité ce danger et à plusieurs reprises, a conseillé aux représentants du gouvernement d'éviter le luxe et l'accumulation des richesses. Il recommandait aussi aux représentants du gouvernement d'avoir des relations étroites avec le peuple. L'imam estimait que les responsables du gouvernement, comme moi qui étais alors Président, devaient avoir une relation étroite avec le peuple. L'Imam insistait pour que les possibilités et les services soient disponibles dans tout le pays et à la disposition de ceux qui vivent dans les régions les plus reculées. Cela montre clairement l'intérêt de l'imam pour la justice et l'aide aux déshérités.

Il insistait aussi sur le fait que les représentants du gouvernement soient issus du peuple, représentent le peuple et ne soient pas choisis à cause de quelconques liens familiaux. Il nous a, à maintes reprises, averti du danger du favoritisme qui sévissait à l'époque des Qadjars et des Pahlavis. Parfois, il faisait la louange de certains fonctionnaires du gouvernement qui comme il le disait, "faisaient partie du peuple". Cela était une norme pour l'Imam qui estimait que la richesse et le pouvoir ne devaient pas permettre aux gens d'occuper des postes de responsabilités, et que cela était une grande menace pour le pays et la Révolution. Voilà les différentes dimensions de la voie de l'Imam.

Commenter

You are replying to: .