۷ خرداد ۱۴۰۳ |۱۹ ذیقعدهٔ ۱۴۴۵ | May 27, 2024
Dr Ali Akbar Velayati

Hawzah/Ce qui suit est le texte intégral de l'entretien avec le Dr Ali Akbar Velayati, conseiller du Guide suprême pour les affaires internationales, sur général Qassem Soleimani, la cause palestinienne, «l'accord du siècle», etc...

Après l'assassinat du général Hadj Qassem Soleimani, d'importants développements se sont déroulés en Asie de l’ouest, dans le monde de l'islam et spécialement sur la question de Palestine. Avec la collaboration de Netanyahu, Trump a inauguré une intrigue appelée «l'accord du siècle», un projet qui a été décrit par l'Ayatollah Khamenei comme insensé, perfide et futile. D'un autre côté, les nations musulmanes se plaignent de plus en plus de la présence des forces américaines dans la région. Ce qui suit est le texte intégral de l'entretien avec le Dr Ali Akbar Velayati, conseiller du Guide suprême pour les affaires internationales. Dans cette interview, il explique les différentes dimensions des développements récents ainsi que le rôle du Grand Martyr, Général Qassem Soleimani, dans les développements internationaux et sa personnalité exceptionnelle. L'entretien a été réalisé le 6 février 2020 avec le site web KHAMENEI.IR.

Intervieweur : Comme première question, quelle est la principale raison pour laquelle Trump a évoqué « l'accord du siècle » ?

Trump poursuit plusieurs objectifs, mais le plus important est l'objectif stratégique établi par les États-Unis et l'Occident. D'une manière générale, depuis le début, leur objectif était d'occuper la Palestine entière dans un processus graduel. Lorsque le régime sioniste a commencé la guerre, dès qu'elle s'est développée et aussitôt qu'ils craignaient d'être vaincus, ils ont demandé à l'ONU d'intervenir sur la manière de négocier et de battre en retraite. Après cela, au cours des négociations, la question de l'occupation est progressivement tombée à l'oubli. Lors de leur prochaine attaque en 1948, la première guerre entre les Arabes et Israël a éclaté. La deuxième guerre a éclaté en 1956 et la troisième en 1967. Et en 1973, une quatrième guerre a éclaté. Un scénario similaire a été poursuivi dans toutes ces guerres : le régime sioniste attaquerait et les gouvernements occidentaux le soutiendraient toujours; mais le bloc de l’est garderait le silence ou aiderait indirectement le régime sioniste et, par conséquent, les musulmans étaient laissés seuls.

Lorsque la troisième guerre a éclaté en 1967 sous la présidence de Jamal Abdul-Nasser, le désert du Sinaï, le plateau du Golan et la rive ouest du Jourdain (la Cisjordanie) étaient occupés par le régime sioniste. À l'ONU, les deux résolutions de 242 et 333 ont été ratifiées sur la base desquelles le régime sioniste a dû se retirer des territoires occupés et de la rive ouest du Jourdain. De cette façon, certaines parties de Gaza et de la Palestine seraient sous le contrôle des Palestiniens et Bayt al-Maqdis (Al-Qods) serait la capitale de la Palestine. Cependant, ces deux résolutions n'existaient qu'en théorie et n'ont pas été appliquées. Cela a aidé les sionistes à renforcer leur position dans les territoires occupés. Dans la pratique, ils ont invité les Palestiniens à mener des négociations pendant que le régime sioniste était occupé à poursuivre ses complots : il avancerait pas à pas et occupait plus de terres.

La première action scandaleuse a été celle de la trahison d’Anouar el-Sadate de la cause palestinienne lors des accords de Camp David en 1979. Après la mort de Jamal Abdul-Nasser, il a été question de deux successeurs pour lui : Ali Sabri et Anwar al-Sadate. Les Américains et les Occidentaux soutenaient Sadate. Quand ils ont gagné et quand Anouar el-Sadate a signé les accords de Camp David, les premiers avantages du combat ont été violés. Depuis, les Égyptiens ont toujours été les porte-drapeaux de la lutte et ils ont confié le désert du Sinaï aux Égyptiens, mais ils n'avaient aucun contrôle sur lui. Par exemple, si un officier de police égyptien voulait exercer des mesures de sécurité dans le désert du Sinaï, il devait demander une autorisation au régime sioniste.

Les mêmes conditions existaient dans le cas du plateau du Golan et de la Cisjordanie, mais après les accords de Camp David, d'autres mesures, notamment la poursuite des négociations et le forçage des Arabes à négocier et à abandonner la bataille, ont été adoptées. Il y avait une division parmi les Arabes. Un groupe a appelé à la résistance et un autre à des négociations. Ceux qui étaient intéressés par les négociations participeraient à différentes réunions et étaient obligés de reculer un peu à chaque réunion. On peut citer à titre d’exemples les accords de Madrid, la seconde Camp David et l'accord d'Oslo. Dans l'accord d'Oslo, certaines questions ont été ratifiées, dont une grande partie a été ignorée dans le récent plan proposé par Trump.

Cependant, de l'autre côté, le groupe de combattants a poursuivi ses activités avec l'aide du Front de résistance, y compris la République islamique d'Iran. En fait, l'Iran a joué un rôle majeur dans ces activités révolutionnaires. Avec la poursuite des activités révolutionnaires, les combattants ont remporté certaines victoires qui ont provoqué le retrait du régime sioniste du sol libanais en 1982, sous la pression du Hezbollah. La même bataille a eu lieu à Gaza et le régime sioniste a subi consécutivement la défaite dans diverses guerres, notamment pendant la guerre de 22 jours, la guerre de 51 jours et les guerres de 8 et 2 jours.

Par conséquent, une comparaison historique entre la résistance et les négociations montre que les négociations mènent toujours à la défaite des musulmans et des Arabes tandis que la résistance mène à la victoire.

Ce que Trump a fait n'est pas différent de ce que les anciens présidents américains ont fait. Cependant, cet homme est fou à certains égards, car il ne juge pas nécessaire de cacher certaines de ses actions, il révèle plutôt les intentions des Américains et des sionistes d'une manière franche. Il l'a fait et les Européens l'ont également soutenu. Néanmoins, la récente mesure adoptée par Trump a également un résultat positif qui est l’union entre les partisans des négociations aux partisans des combats. M. Mahmud Abbas, le Hamas, le Djihad islamique et d'autres ont rejeté ce plan et les Palestiniens sont parvenus à la conclusion qu'ils n'aboutiraient à rien dans les négociations et que la seule façon de progresser est de résister.

Quelles preuves historiques et quels résultats tangibles existent pour le succès de la «résistance» contre le «compromis»?

Si nous regardons l'histoire de l'occupation de la Palestine, nous voyons qu'un an avant la fin de la Première Guerre mondiale, Balfour (Arthur James Balfour), le ministre britannique des Affaires étrangères, a immédiatement fait une déclaration disant qu'il accueillerait les Juifs en Palestine en raison du vœu qu'il avait fait à la famille Rothschild - qui étaient des sionistes bien connus en Angleterre - et après cela, les choses se sont développées d'une manière particulière. À cette époque, deux groupes étaient actifs. L'un était présidé par Cheikh Amin ul-Husseini qui était engagé dans le travail politique et un autre était dirigé par Izz ad-Din al-Qassam qui était engagé dans les combats. Notez que si quelque chose a été fait, c'est à cause du combat d'Izz ad-Din al-Qassam, mais le travail politique que Sheikh Amin ul-Husseini - le Mufti de Palestine - n'a produit aucun résultat positif.

Dans les années 1956, 1967 et 1973, chaque fois qu'il y avait de la résistance, la victoire suivait et chaque fois qu'ils négociaient, ils reculaient. Par conséquent, il est devenu clair que le chemin de la libération n'était pas la négociation, mais plutôt le combat. Et nous avons des exemples pour chacun. Les Libanais et les Gazaouis (habitants de Gaza) se sont battus et ont gagné, mais ceux qui ont négocié à Oslo, à Madrid et ailleurs ont fait de nombreuses concessions. Par exemple, Yasser al-Arafat a perdu la vie à la suite de négociations. Apparemment, les sionistes l'ont empoisonné à Ramallah et il est décédé. Par conséquent, ce qui a été usurpé par un occupant ne peut être récupéré que par la résistance et la République islamique l'a prouvé en Iran. Tant que nous ne nous sommes pas engagés dans des combats sérieux et dans la résistance contre le Shah et les États-Unis, nous n'avons pas été libérés, mais grâce aux combats, nous avons atteint notre indépendance après 200 ans. Cependant, lorsque les pays réactionnaires de la région et d'autres pays ont adopté une position passive contre les Occidentaux, ils ont perdu.

Intervieweur : Avec l'assassinat de Hadj Qassem Soleimani, les États-Unis ont-ils cherché à changer la donne dans la région afin de procéder à « l'accord du siècle »?

L'une des erreurs que font les Américains est qu'ils pensent que s'ils martyrisent le chef d'un groupe révolutionnaire, le combat s'éteint, alors que ce n'est pas vrai. En fait, ce sont la République islamique et la Révolution islamique qui ont cultivé Hadj Qassem Soleimani et il y a d'autres Hadj Qassem qui le remplaceront. Bien sûr, on pourrait trouver moins de personnalités complètes, révolutionnaires, courageuses et sincères, mais le jour où Hadj Qassem a commencé son travail dans le Corps des Gardiens de la Révolution islamique (CGRI), personne n'aurait pensé qu'il deviendrait le champion de l'histoire nationale et islamique, et le porte-drapeau de la libération de la Palestine et du camp de la Résistance.

Au début de l'ère islamique également, des cas de martyre entraîneraient des victoires pour les musulmans. Par exemple, le martyre de l’Imam Hussein (salutations soient sur lui) arrosait le jeune arbre de l’Islam. De même, à l'heure actuelle, le sang du Hadj Qassem Soleimani a incité les Iraniens et les Irakiens à descendre à l'unanimité dans les rues. Des millions de personnes irakiennes ont exigé que les États-Unis soient condamnés et expulsés de la région.

En Irak, grâce à ce martyre, nous avons été témoins de l'unanimité; alors qu'avant il y avait des divergences d'opinions entre les différents groupes politiques et religieux, mais avec le martyre de Hadj Qassem et aussi celui d'Abou Mahdi al-Mouhandis, la discorde entre les différents groupes s'est transformée en unité. Avec le soutien du grand Marja' Taqlid d'Irak, l’honorable Ayatollah Sistani, différents groupes se sont unis.

Quant à la situation politique en Irak, le nouveau Premier ministre irakien a été élu. Avant cela, les Irakiens ne résistaient pas aux Américains et aux sionistes avec une telle franchise et une telle hâte [qu'ils le font maintenant]. C'est parce qu'ils avaient certains problèmes intérieurs, mais après avoir maintenu leur solidarité nationale et ratifié la loi d'expulsion des Américains, le peuple irakien a manifesté de glorieuses manifestations qui se sont avérées être une source de soutien pour la résolution adoptée par les Irakiens. Après cela, lorsque Trump a présenté son plan, l’honorable Ayatollah Sistani et les masses du peuple irakien l'ont condamné.

En Syrie également, les forces syriennes et le camp de la résistance s'acheminent vers la liberté totale de ce pays. Par la faveur de Dieu, ils se déplaceront vers la partie orientale de l'Euphrate et ils expulseront les États-Unis et les humilieront. De plus, ce que les Yéménites ont fait ces derniers jours était peut-être une réponse au projet de Trump. Les Yéménites ont remporté une victoire sans précédent - au cours de laquelle des centaines [de forces saoudiennes] ont été retenus captifs et des centaines ont été tués - et par conséquent une partie importante du Yémen a été libérée. Je suis très optimiste quant à l'avenir, car le projet de Trump est en fait un suicide politique.

Intervieweur : En tant que le plus ancien diplomate de la République islamique, quelle est votre opinion sur la personnalité politique du Hadj Qassem Soleimani et ses réalisations internationales?

Après la formation de la Conférence internationale de l’éveil islamique, j'ai travaillé avec lui pendant de nombreuses années et diverses conférences et congrès ont été formés sur l'éveil islamique et les admirateurs des Ahl-ul-Bayt (salutations soient sur eux), lesquels ont joué un rôle efficace dans l'établissement de la solidarité et de l'unité islamique. Il était le principal pilier de toutes ces activités et mesures et je coopérais étroitement avec lui.

Je ne voyais rien d'autre en lui qu'une ferme croyance, pureté et foi, et bien sûr, il avait une intelligence, une perspicacité et un courage extraordinaires. Même les circonstances les plus difficiles ne le dérangeaient pas. Par exemple, Kirkouk (ville du nord de l'Iraq) a été libéré sans tirer une seule balle. C'était le résultat de sa politique correcte et de ses mesures audacieuses. La diplomatie de ce martyr était caractérisée par son courage et sa perspicacité et il avait de nombreuses préoccupations au sujet de la région et de l'Iraq. Ils voulaient isoler Kirkouk pour que ce soit une région indépendante et autonome. Par conséquent, il s'est rendu à Sulaymaniyah et a vaincu le complot visant à diviser cette zone sans tirer une seule balle. Ce sont des leçons très importantes et instructives.

Le martyr Soleimani se comporterait envers tous les membres du camp de la résistance - y compris les personnalités politiques et les moudjahids - d'une manière calculée qui témoignait de son charisme. Il a eu de nombreuses réunions avec de grands politiciens du monde tels que M. Poutine et M. Erdogan afin de faire avancer les objectifs de la Résistance. Son sang servira sûrement à continuer et à renforcer la Résistance.

Intervieweur : Dans son récent sermon de la prière du vendredi, le Guide suprême de la Révolution a qualifié les forces de Qods de combattants sans frontières. Comment évaluez-vous les forces de Qods après le Hadj Qassem Soleimani ?

Nous devons attribuer toutes les réalisations des Forces de Qods au Guide suprême de la Révolution. Après tout, c'est lui qui a guidé et continue de guider les Forces de Qods. Par conséquent, les Forces de Qods continueront certainement leurs missions plus fortement que par le passé. Si nos conseillers militaires montrent leur présence en Irak, en Syrie et au Yémen, ils sont là à l'invitation de ces pays. Par conséquent, la présence de nos forces est légale, sinon, sans aucun doute, les frontières géographiques de chaque pays musulman et non musulman sont reconnaissables et inviolables. En fait, les Forces de Qods sont des partisans sans frontières et ne travaillent pas simplement pour les intérêts de l'Iran, elles pensent plutôt aux intérêts du monde entier de l'islam et chaque fois que les gouvernements légitimes des pays invitent officiellement cette Force, elles les aideront dans leur résistance.

Intervieweur : comme dernière question, voudriez-vous donner un bref compte rendu de votre dernière réunion internationale en présence de Shahid Soleimani et du Guide suprême de la Révolution.

Lorsqu'un délégué du Hamas est venu rencontrer le Guide suprême, je suis allé rencontrer Shahid Soleimani. J'assistais à toutes les réunions que le camp de résistance avait avec le Guide suprême et Hadj Qassem y était également présent. Il s'asseyait quelque part pour ne pas être vu. Il était sincère et ne voulait pas être au-devant de la scène. Il ne se présentait normalement pas devant les caméras pour des raisons de sécurité et d'autres questions qu'il jugeait important, mais il était présent dans presque toutes les réunions du camp de la Résistance - Le Hamas, le Hezbollah et les chefs des pays comme la Syrie et l’Irak - avec le Guide suprême de la Révolution.

Il avait une grande affection pour les Ahl-ul-Bayt (salutations soient sur eux). Lorsque nous avons inauguré la Conférence de l'éveil islamique après consultation avec Hadj Qassem, il a également mis l'accent sur la nouvelle Conférence des admirateurs des  Ahl-ul-Bayt. Cela découle de son amour extraordinaire et sa croyance en les Ahl-ul-Bayt (salutations soient sur eux).

Commenter

You are replying to: .