۳۰ خرداد ۱۴۰۳ |۱۲ ذیحجهٔ ۱۴۴۵ | Jun 19, 2024
Imam de la prière du vendredi à Téhéran:

Hawzah/L'ayatollah Movahedi-Kermani a souligné que le soi-disant «accord du siècle» du président américain Donald Trump sera assurément rejeté par le peuple de Palestine, ajoutant que la nation arabe se battra jusqu'à la fin de l'occupation israélienne sur ses terres.

L’agence de presse de "Hawzah" (Téhéran- Iran) - Dans son sermon de prière du vendredi à Téhéran, l'ayatollah Mohammad-Ali Movahedi-Kermani a déclaré que les États-Unis «réaliseraient le rêve de mettre en œuvre le prétendu accord du siècle».

Il a qualifié l'accord de Trump du siècle de «trahison et de honte», déclarant: «Il s'agit d'une décision unilatérale du régime israélien et des États-Unis et de certains pays arabes.»

"La nation palestinienne rejettera le plan, à coup sûr, et poursuivra la lutte pour mettre fin à cette occupation", a-t-il ajouté, selon l'agence de presse Fars.

"Les ennemis cherchent à désarmer la Résistance et à faire pression sur elle, mais les Américains doivent savoir que cela pourrait ne pas se réaliser", a noté le haut dignitaire religieux.

Réitérant que les complots américains sont voués à l'échec, il a déclaré: "En nous unissant et en soutenant ceux qui cherchent la liberté, nous neutraliserons les complots des occupants, car nous ne sommes pas les terroristes ici, mais ceux qui combattent les terroristes".

Il a en outre souligné que les États-Unis «réaliseraient le rêve de mettre en œuvre le soi-disant accord du siècle».

Washington avait annoncé le plan - une idée originale du gendre et conseiller de Trump, Jared Kushner et d'autres personnalités pro-israéliennes, il y a des années - mais avait caché les détails. Trump a annoncé mardi les dispositions générales du régime, avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à ses côtés et en l'absence de tout représentant des parties palestiniennes, qui ont déjà rejeté l'accord.

Le président américain a réitéré son soutien extrêmement controversé à al-Quds Jérusalem en tant que «capitale indivise» d'Israël, bien que les Palestiniens aient toujours voulu que la partie orientale de la ville soit la capitale de leur futur État.

Il a déclaré que l'accord comportait une partie économique qui affectait 50 milliards de dollars d'allocations monétaires aux Palestiniens, à la Jordanie et à l'Égypte. Les Palestiniens ont dénoncé cela comme un moyen de les soudoyer pour qu'ils vendent leurs droits.

Toujours controversé, Trump a déclaré que les colons, qui ont été hébergés dans des colonies illégales construites sur des terres palestiniennes occupées, ne seraient pas déplacés dans le cadre de l'accord.

Le président américain, quant à lui, a allégué qu'Israël gèlerait ses activités de colonisation pendant quatre ans "pendant que l'État palestinien serait négocié".

Tel Aviv ne s'est jamais pleinement engagé dans de tels gels, entraînant l'échec de tout processus de négociation.

Ailleurs dans ses remarques, le plus haut général de l'Iran a déclaré: "Par la grâce divine, non seulement l'accord du siècle ne se concrétisera pas, mais il accélérera également la perdition et l'anéantissement d'Israël en soumettant le régime à un tourbillon monumental."

Il a qualifié cette annonce d '«erreur historique et stratégique», qui vise à poursuivre l'essentiel du «projet défait des sionistes de 70 ans dans la région», à savoir l'occupation de la Palestine.

Le chef militaire de l’Iran a noté que le projet violait la souveraineté d’une nation opprimée et équivalait à une «déclaration de guerre contre son entité territoriale et son existence».

Baqeri a finalement averti que tout accord tacite, inaction, négligence ou approche double standard face au complot menaçait de soumettre d'autres pays musulmans à un régime encore plus large visant leur indépendance et leur souveraineté nationale.

Dans une déclaration de jeudi en réponse à l'annonce par Trump du plan qu'il a surnommé «l'accord du siècle», le conseiller suprême du chef suprême iranien pour les affaires internationales, Ali-Akbar Velayati, a mis en garde contre les conséquences de ce que l'on appelle «l'accord du siècle». plan, en disant qu'il va déstabiliser davantage la région.

Velayati, qui est également le secrétaire général de l'Assemblée mondiale de l'éveil islamique, a condamné le soi-disant «accord du siècle», affirmant que l'Assemblée mondiale de l'éveil islamique considère qu'il est nécessaire pour toutes les factions palestiniennes de fermer leurs rangs en tant que « stratégie globale visant à déjouer les objectifs inquiétants »du complot de Trump.

Il a qualifié la cause palestinienne de "problème le plus important" auquel le monde musulman est confronté, affirmant que les musulmans sont obligés d'apporter "un soutien sans équivoque" à la Palestine en "utilisant toutes les capacités matérielles, spirituelles et médiatiques, la diplomatie publique, la tenue de rassemblements et l'éclairement de l'opinion publique. . "

Velayati a également mis en garde contre les répercussions d'un tel plan, notamment la déstabilisation de la région et la violation de nombreuses résolutions des Nations Unies sur le cas de la Palestine.

"L'accord du siècle ne mènera nulle part", mais plutôt consolider l'unité dans la Oummah musulmane et mobiliser le soutien à la nation palestinienne opprimée de la part des personnes en quête de liberté et de justice du monde et de la communauté internationale tout entière, a-t-il dit.

Mardi soir, le ministère iranien des Affaires étrangères a dénoncé le prétendu «accord du siècle» de Trump comme une grande trahison envers les causes des Palestiniens et de toutes les nations musulmanes du monde, exhortant tous les pays islamiques à s'unir, quelles que soient les différences et désaccords, pour lutter contre la «trahison du siècle».

Commenter

You are replying to: .